Archives du mot-clé écriture collective

Numérique, droit d’auteur, droits voisins et données de la recherche

A l’heure du Big et du Linked Open Data, les chercheurs sont aujourd’hui confrontés à la question de l’ouverture des données de la recherche (Open Data) dans une logique d’Open Access. Mais alors quid des droits d’auteurs et des droits voisins sur ces données aussi diverses qu’hétéroclites (images, sons, vidéos, bases de données, enquêtes, données sonores, etc.) et que le numérique permet de capter, de traiter, de diffuser, d’usiter ? Comment concilier la nécessaire ouverture des données numériques, bien souvent prônées par les instances de la recherche et la préservation des droits d’auteurs ? Quid également des droits d’auteurs sur les données numériques dès lors que le chercheur entre dans une logique de travail collaboratif ? Quels sont les outils juridiques pour éclairer le travail du chercheur sur le droit de pouvoir les diffuser, les traiter, les valoriser, etc. ? Ce sont là tout un ensemble de questions que la première journée « dayClic » de la MSH Ange-Guépin souhaite aborder.

AFFICHE_DAYCLIC

Cette journée inscrite dans l’Open Access Week est organisée en 2 temps :

– Le matin 9h30 – 12h00 – Deux interventions :
• 10h00 – Présentation de la journée dayClic MSH.
• 10h15 – Anne-Laure Stérin, juriste, formatrice et chargée d’enseignement à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne –  « Les bases du droit d’auteur appliqué à la recherche ».
• 11h15 – Carine Bernault, Professeure des universités, directrice de l’IRDP – « Open Access, open data, droit d’auteur et droits voisins ».
• Questions du public.

– L’après-midi 14h00 – 16h30 – Trois ateliers dans lesquels seront abordés les cas pratiques et les problèmes que rencontre le public présent sur la thématique de la journée, ainsi qu’un atelier numérique.
• Un atelier « Droit d’auteur » animé par A.-L. Stérin.
• Un atelier « Open Data, Open Access » animé par C. Bernault.
• Un atelier « Humanum Loire – la plateforme de numérisation des données de recherche en SHS en Pays de la Loire » animé par le pôle numérique de la MSH Ange-Guépin

Date : 22 octobre 2015 de 9h30 à 16h30
Lieu : Université de Nantes, Faculté de Droit et des Sciences Politiques, Chemin de la Censive du Tertre, 44300 Nantes
Salle 332
Inscription obligatoire : https://goo.gl/rx7pzk

Repas du midi : les repas sont libres, le restaurant du CROUS Tertre est à proximité.
Contact : Amélie Renard amelie.renard@univ-nantes.fr, Stéphane Loret stephane.loret@univ-nantes.fr

Stéphane Loret

Ingénieur CNRS

More Posts

Follow Me:
Twitter

Un recueil de bonnes pratiques sur les questions d’éthique et de droit pour la diffusion des données numériques de la recherche en SHS

Les chercheurs en sciences sociales utilisent des documents audiovisuels1 pour illustrer leurs travaux ou les utilisent directement comme matériaux de la recherche. Ces documents, qui peuvent avoir été produits par des tierces personnes ou par eux-mêmes, posent de nombreux problèmes juridiques et éthiques au moment de leur diffusion.

Le passage au numérique amène effectivement à une situation paradoxale puisque, d’une part, les chercheurs n’ont jamais eu aussi facilement accès aux images et aux sons, tant par la profusion des documents disponibles sur le web que par la facilité d’en produire soi-même avec les appareils numérique ou les logiciels qui équipent les ordinateurs et, d’autre part, de multiples restrictions freinent, voire interdisent la diffusion de toutes ces images tant pour des raisons de respect de droits que d’éthique.

L’usage quotidien d’internet, la simplicité avec laquelle il est aujourd’hui possible de publier et mettre à la disposition de tous des contenus sur le web ont fait que, bien souvent, la tendance est de publier des documents électroniques sans se poser toutes les questions sur les droits que nous avons ou pas de le faire, ou même des conséquences que cela peut avoir sur des tiers, par exemple en matière du respect du droit à l’image des personnes.

Comment concilier le droit légitime des chercheurs et des enseignants à utiliser des documents multimédias dans le cadre de leurs travaux tout en respectant les droits associés à ces mêmes documents ? Dans quelle mesure et avec quelles limites peut-on être amené à enfreindre la loi à des fins d’éducation et de recherche ? Répondre à ces questions n’est pas simple car les cas de figures sont multiples et variés. L’idée de proposer un recueil de bonnes pratiques est d’exposer, par le biais d’exemples concrets, un certain nombre de solutions.

Pour l’écrire, l’équipe de rédacteur s’appuie sur des journées d’étude et des ateliers qui ont commencé en septembre 2011. Le carnet “Ethique et droit” publiera au fur et à mesure des textes, suivant un plan qui veut coller au plus près de la démarche scientifique. Nous attendons beaucoup des commentaires des lecteurs pour continuer nos échanges.

Crédits photographiques : Herbert George Ponting and telephoto apparatus, Antarctica, January 1912, Archives de la bibliothèque Alexander Turnbull (Nouvelle-Zélande), référence PA1-f-067-067-3, plaque de verre.  Pas de restrictions de droit connues.

  1. Nous nous référons ici aux images fixes ou animées et aux enregistrements sonores mais aussi aux textes en lien direct avec ce type de documents comme des transcriptions d’enquêtes orales ou des carnets de terrain se rapportant à des entretiens, des films ou des photographies []