Le point sur les données à caractère personnel

»

(Billet mis en ligne le 31 août 2017, mis à jour le 9 novembre 2018)

Les données à caractère personnel sont soumises à un régime juridique qui a changé en France et dans l’Union européenne en mai 2018.

En effet, depuis le 25 mai 2018, le Règlement général sur la protection des données personnelles (RGPD)1 applicable dans tous les pays de l’Union européenne a remplacé l’ancienne directive du 14 octobre 1995 sur la protection des données personnelles. La loi française du 6 janvier 1978 dite « Informatique et libertés » est adaptée en conséquence.

On trouvera ici l’essentiel de ce qu’un.e chercheur.e ou un.e documentaliste doit savoir sur les données personnelles qu’il.elle est amené.e à traiter. Continuer la lecture de Le point sur les données à caractère personnel 

  1. Ce règlement général sur la protection des données personnelles, ou RGPD, a été adopté le 27 avril 2016. Il est entré en vigueur dès le 25 mai 2016, mais les responsables de traitement ont eu jusqu’au 25 mai 2018 pour se mettre en conformité. []

Les délais de consultation des archives publiques

Les archives publiques sont par principe librement consultables par toute personne (Voir le billet « Le chercheur consulte des documents existants (archives) »). Toutefois, dans certains cas, la loi ne permet de consulter des archives publiques, qu’après expiration d’un délai.

On appelle archives publiques, les archives qui sont produites ou reçues par une personne de droit public1. Elles sont communicables de plein droit (Code du patrimoine, art. L213-1).

Toute personne intéressée peut obtenir communication d’un document d’archives publiques dans les conditions suivantes (Code du patrimoine, art. L213-1 et Code des relations entre le public et l’administration-CRPA, art. L311-9) : Continuer la lecture de Les délais de consultation des archives publiques 

  1. Les archives publiques, produites ou reçues par une personne de droit public, s’opposent aux archives privées, produites ou reçues par une personne de droit privé (particulier, association de loi 1901, entreprise… []

Un chercheur peut-il consulter un fonds qui comporte des données personnelles ?

Dès lors qu’un document contient des informations dont la révélation pourrait porter atteinte aux droits d’une personne, la loi encadre les conditions de sa consultation. Consulter un fonds de documents comportant des données personnelles, nécessite de respecter ces conditions.

Rappelons que les données à caractère personnel sont « toute information se rapportant à une personne physique identifiée ou identifiable1 : voir « Le point sur les données à caractère personnel »). Un document contenant des données personnelles est donc un document comportant une ou plusieurs informations telles que : le prénom d’une personne, son patronyme, sa date de naissance, son lieu de naissance, son numéro de téléphone, son adresse mail, son adresse postale, son métier, sa situation matrimoniale, ses habitudes de consommation, une photo de cette personne, un enregistrement sonore sur lequel on reconnaît sa voix, son parcours sur internet… Continuer la lecture de Un chercheur peut-il consulter un fonds qui comporte des données personnelles ? 

  1. Art. 4 du RGPD et art. 2 de la loi du 6 janvier 1978 []

La diffusion numérique des données en SHS – Guide de bonnes pratiques éthiques et juridiques

Ce billet est l’occasion pour le groupe de travail Ethique et Droit de revenir sur deux années riches et intenses qui ont permis de finaliser la rédaction du guide de bonnes pratiques éthiques et juridiques pour la diffusion des données en SHS. L’ouvrage est paru en version papier, aux Presses universitaires de Provence, et sera en ligne sur OpenEdition Books en 2019.

Un ouvrage collectif et interdisciplinaire

Continuer la lecture de La diffusion numérique des données en SHS – Guide de bonnes pratiques éthiques et juridiques 

Outils numériques et questions éthiques en histoire orale: contribuez!

microphone

Vous avez déjà enregistré, archivé ou diffusé des entretiens d’histoire orale? Votre expérience m’intéresse !

Vous êtes invité(e) à participer à une enquête sur les outils numériques et les questions éthiques. Cette enquête est menée dans le cadre de mon doctorat sur l’histoire orale numérique à l’université King’s College London (Royaume-Uni).

Vous pouvez répondre dans l’une des trois langues suivantes :

Il vous faudra environ 20 minutes pour compléter le questionnaire. L’enquête en ligne est ouverte jusqu’au 31 juillet 2018. Elle est anonyme et vos réponses seront stockées de façon sûre en conformité avec la règlementation de gestion des données de mon université. Continuer la lecture de Outils numériques et questions éthiques en histoire orale: contribuez! 

Les données de la recherche en SHS, questions éthiques et juridiques : IMéRA, 22 février 2018

tiLe 22 février 2018, se tiendra à l’IMéRA le premier séminaire du cycle Recherches numériques – humanités numériques sur l’impulsion de Pierre Livet, philosophe. Pour cette première session, le thème de l’après-midi est celui des incidences sociologiques économiques, politiques et juridiques du numérique sur la recherche scientifique.

De quelle manière les analyseurs automatiques de big data et les outils médiatiques numériques transforment-ils les relations sociales, sont-ils dépendants de modèles économiques et modifient-ils les conditions juridiques de la recherche ? Continuer la lecture de Les données de la recherche en SHS, questions éthiques et juridiques : IMéRA, 22 février 2018 

Le groupe de travail sur les questions éthiques et juridiques présenté à Isore

Le 7 décembre prochain Isabelle Gras (SCD AMU) présentera le projet  de réalisation d’un guide de bonnes pratiques sur les questions juridiques et éthiques pour la diffusion des données en sciences humaines et sociales lors de la journée de formation nationale du groupe Isore sur le thème « Quels outils et services pour la préservation des données en SHS ? ». Continuer la lecture de Le groupe de travail sur les questions éthiques et juridiques présenté à Isore 

Le/la chercheur.e publie

Afin de faire connaître le résultat de ses recherches, afin aussi d’être évalué, le chercheur écrit : des ouvrages, des communications, des articles. Il écrit certains de ces textes seul, il en co-écrit d’autres (coécriture d’un article ou d’une communication par plusieurs auteurs). Il lui arrive également  de fournir une contribution à un ouvrage collectif.

Ces livres, ces communications, ces articles seront transmis à un éditeur, pour être publiés. L’éditeur remet au chercheur, généralement avant la publication (ou à un certain stade après l’évaluation scientifique), un contrat d’édition à signer. Ce contrat d’édition détermine les exploitations que l’éditeur pourra faire du texte, ainsi autorisé par le chercheur-auteur. Ce contrat prévoit le plus souvent au moins :

  • la publication du texte sur papier, par une impression en nombre (au moins quelques centaines d’exemplaires) et/ou par l’impression à la demande (IÀD, appelée en anglais print on demand, POD),
  • la publication du texte sous forme numérique (en format ePub ou PDF téléchargeable, en HTML consultable en ligne).

Continuer la lecture de Le/la chercheur.e publie 

Le chercheur utilise des sources sonores ou audiovisuelles existantes

Lorsqu’un chercheur envisage d’utiliser des documents d’archives sonores ou audiovisuelles, il est confronté aux mêmes questions juridiques que s’il s’apprêtait à utiliser des textes ou des images fixes :

  • il lui faut prendre en compte le droit d’auteur sur les œuvres filmées ou enregistrées. Il n’a aucune autorisation à demander si celles-ci sont dans le domaine public, ou si l’utilisation qu’il envisage relève d’une des exceptions au droit d’auteur (voir Le point sur « Les exceptions au droit d’auteur ») ;

  • le chercheur doit s’assurer que les données personnelles qui identifieraient les personnes enregistrées ou filmées (ou évoquées) dans l’enregistrement, restent protégées. Il ne doit pas reprendre ces données (dans une publication ou un cours), dès lors que les personnes concernées ne l’y ont pas autorisées : voir le billet « Le point sur les données à caractère personnel », à venir) ;

  • le chercheur doit également respecter le droit à la vie privée des personnes enregistrées. Si les enregistrements font état d’informations concernant leur vie privée (sur leur histoire familiale, par exemple), il ne doit pas les révéler, et donc ne pas utiliser les passages des enregistrements qui contiendraient de telles informations (voir le billet « Le chercheur mène une enquête par questionnaire ».

    Continuer la lecture de Le chercheur utilise des sources sonores ou audiovisuelles existantes 

Le chercheur utilise des documents d’archives qu’il a consultés (textes, images fixes)

On trouvera dans ce billet comment procéder lorsque les documents d’archives qu’on souhaite utiliser sont des textes (imprimés, manuscrits inédits) ou des images fixes (photos, dessins, etc.).

Sur l’utilisation de documents d’archives sonores ou audiovisuelles, on consultera le billet « Le chercheur utilise des sources sonores ou audiovisuelles » : on y trouvera les règles juridiques propres aux documents sonores ou audiovisuels (droit à l’image des personnes filmées, droit sur la voix…).

Le chercheur peut-il mentionner ou reproduire, dans une publication ou un cours, des textes et des images d’archives qu’il a consultés légitimement ?

Les documents d’archives sont des documents produits ou reçus par une personne (physique ou morale) dans le cadre de son activité : correspondance privée ou administrative, manuscrits divers, dossiers du personnel, supports analogiques, numériques, documents écrits, iconographiques). Le chercheur a été en mesure de consulter ces documents :

  • car ce sont des archives privées qui lui appartiennent (il est devenu propriétaire des documents après qu’on les lui a donnés, ou après en avoir hérité, ou il les a lui-même élaborés) ou parce que le propriétaire de ces archives privées a bien voulu les ouvrir au chercheur, pour consultation ;
  • car ce sont des archives publiques suffisamment anciennes que chacun a le droit de consulter en vertu de la loi française, ou parce que ce sont des archives publiques trop récentes pour être consultables actuellement (elles contiennent des données personnelles, des secrets d’affaires, des informations sur la politique étrangère de l’État…) mais pour lesquelles le chercheur a demandé et obtenu une dérogation de consultation dans le cadre de sa recherche.

Continuer la lecture de Le chercheur utilise des documents d’archives qu’il a consultés (textes, images fixes) 

Le chercheur enregistre un chant, une musique, un conte

Un chercheur qui souhaite enregistrer une personne pendant sa prestation chantée, contée ou déclamée, doit demander l’autorisation aux personnes qu’il enregistre, de préférence avant l’enregistrement. Que doit-il demander précisément ? Et qu’aura-t-il ensuite le droit de faire de cet enregistrement ?  Cela dépend de : 1) qui a des droits sur ce qu’on entend dans l’enregistrement, 2) qui a des droits sur le support d’enregistrement sonore.

1) Qui a des droits sur ce qu’on entend dans cet enregistrement ?

Les éléments qui vont être enregistrés peuvent faire l’objet d’une protection juridique à deux titres : par le droit d’auteur sur l’œuvre, par le droit voisin sur l’interprétation.

Continuer la lecture de Le chercheur enregistre un chant, une musique, un conte 

Le chercheur enregistre une conférence ou un débat

Afin de rédiger le Recueil de bonnes pratiques pour la diffusion données en SHS, nous avons choisi de partir d’exemples concrets rencontrés au long de la chaîne de production des données de la recherche et d’en dégager des principes généraux pouvant être réutilisés par des chercheurs, des enseignants et des professionnels de l’information (archivistes, bibliothécaires, éditeurs…). Une série de billets portent sur les pratiques des chercheurs : lorsqu’ils enregistrent, filment, dessinent, écrivent, photographient… Une autre série de billets met davantage l’accent sur les questions juridiques qu’ils doivent se poser depuis la collecte jusqu’à la diffusion et les éventuels ré-usages des informations.

L’usage qui peut être fait d’un enregistrement d’une conférence ou d’un débat renvoie aux mêmes questions éthiques et juridiques évoquées dans les précédents billets :
– A propos des droits de la personne qui enregistre et de celle qui est enregistrée, vous pouvez consulter Le chercheur mène un entretien enregistré, publié le 7 février 2016 : https://ethiquedroit.hypotheses.org/1133
– Si la conférence ou le débat est filmé, vous pouvez consulter le billet sur Le droit des personnes sur leur image publié le 16 juillet 2017 : https://ethiquedroit.hypotheses.org/1469
– Sur la question de savoir à qui appartient la parole publique, vous pouvez consulter le billet Peut-on librement diffuser la parole publique ? publié le 7 novembre 2013 : https://ethiquedroit.hypotheses.org/811
Continuer la lecture de Le chercheur enregistre une conférence ou un débat 

Un nouveau règlement aux Archives nationales facilite le réusage des données

Dans un communiqué de presse, le ministère de la Culture annonce aujourd’hui sa décision en faveur du principe de gratuité pour l’ensemble des droits de réutilisation des informations publiques contenues dans les documents produits ou reçus par les Archives nationales. C’est une excellente nouvelle que cette décision,  impulsée par la loi pour une République numérique, qui engage désormais le ministère de la Culture dans une politique d’ouverture et de partage des données publiques. Continuer la lecture de Un nouveau règlement aux Archives nationales facilite le réusage des données 

L’exception de dépôt légal

En application du Code du Patrimoine (article L.132-4), les organismes responsables du dépôt légal bénéficient d’une exception spécifique aux droits d’auteur et aux droits voisins. Ces trois organismes : la Bibliothèque nationale de France (BnF), Le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), l’Institut national de l’audiovisuel (Ina), peuvent reproduire tous les documents qu’ils ont mission de collecter et de conserver au titre du dépôt légal, sans que les auteurs, interprètes et producteurs puissent s’y opposer.

La raison d’être de cette exception est de permettre à la BnF, au CNC et à l’Ina de reproduire les documents qu’ils ont reçus en dépôt légal, pour les proposer en consultation aux chercheurs intéressés, sur des postes informatiques individuels situés dans les locaux de l’organisme dépositaire du dépôt légal. Continuer la lecture de L’exception de dépôt légal 

Le chercheur « fouille » dans des textes ou dans des données

Jusqu’à présent, lorsqu’un éditeur scientifique exigeait, avant de publier un article scientifique, d’obtenir également les données de la recherche ayant permis d’élaborer cette publication scientifique, il était libre de les organiser comme il l’entendait. Le plus souvent c’était le contrat d’abonnement conclu avec les bibliothèques universitaires (BU) qui donnait les éléments de l’accès dans lesquelles ces données de la recherche étaient accessibles et consultables par d’autres chercheurs et établissements de recherche. C’est cette logique contractuelle qui a longtemps prévalu. Continuer la lecture de Le chercheur « fouille » dans des textes ou dans des données 

Les exceptions au droit d’auteur et aux droits voisins

Lorsque le droit patrimonial d’auteurs, d’interprètes ou de producteurs (sonores ou audiovisuels) n’est pas encore expiré,  le chercheur doit rechercher, et obtenir, l’accord de l’auteur (et/ou des interprètes et ou des producteurs) de l’œuvre qu’il souhaite utiliser dans une publication ou une communication. Toutefois, la loi lui permet d’utiliser une œuvre (ou un enregistrement) protégé par le droit d’auteur (et/ou par un droit voisin d’interprète ou de producteur), dans certains cas  qu’on appelle les exceptions au droit d’auteur et aux droits voisins. Cette liste exhaustive d’une quinzaine d’exceptions figure à l’article L. 122-5 du Code de la propriété intellectuelle. Certaines de ces exceptions ne concernent que les particuliers (la copie privée, la représentation privée dans le cercle de famille, l’exception panorama…) ou ne concernent pas spécifiquement les chercheurs (l’exception de parodie, par exemple). Voici les exceptions susceptibles d’intéresser les chercheurs et les professionnels exerçant leur activité dans les établissements de recherche et d’enseignement : Continuer la lecture de Les exceptions au droit d’auteur et aux droits voisins 

L’exception pédagogique et de recherche

L’exception pédagogique et de recherche est une des exceptions au droit d’auteur (voir l’article L122-5.3° e) du Code de la propriété intellectuelle). Entrée dans la loi française en 2006, elle ne couvre qu’une faible partie des pratiques d’enseignement et de recherche.

Où s’applique l’exception pédagogique ? L’exception pédagogique ne s’applique que dans les établissements publics d’enseignement (du primaire aux universités), dans les établissements d’enseignement privés sous contrat, dans les EPSCP – établissements d’enseignement supérieur et établissements publics à caractère scientifique, culturel et pédagogique, dans les établissements de recherche (EPST – établissements publics à caractère scientifique et technologique), dans les Centres de formation d’apprentis, dans les fondations de coopération scientifique, dans les communautés d’universités et d’établissements et au Centre national d’enseignement à distance – CNED. La liste des établissements concernés est en annexe de chacun des trois accords mentionnés ci-après. Continuer la lecture de L’exception pédagogique et de recherche 

Le droit des personnes sur leur image

Toute personne vivante détient par principe un droit sur son image, au titre du droit au respect de sa vie privée. Ce droit à l’image n’est pas expressément affirmé par la loi : ce sont les tribunaux qui ont élaboré le droit à l’image, en interprétant les articles 9 et 16 du Code civil : « Chacun a droit au respect de sa vie privée. » (article 9 du Code civil). « La loi assure la primauté de la personne, interdit toute atteinte à la dignité de celle-ci et garantit le respect de l’être humain dès le commencement de sa vie. » (article 16 du Code civil). Jusqu’aux années 80, reproduire l’image de quelqu’un ne posait pratiquement aucun problème. Puis, lorsque l’image a commencé de se répandre dans les médias, puis sur Internet, les personnes sont devenues plus attentives à leur image, et n’ont plus accepté aussi facilement de la voir diffusée. Continuer la lecture de Le droit des personnes sur leur image 

Le point sur le Délégué à la protection des données et la CNIL

Le Délégué à la protection des données (DPD)
Le Délégué à la protection des données (DPD, souvent aussi appelé le DPO (Data protection officer) est la personne chargée de vérifier qu’une personne (publique ou privée) respecte les obligations légales en matière de protection des données personnelles. Ce peut être une personne travaillant en interne dans la structure (un salarié de l’entreprise ou un agent public travaillant pour la personne morale de droit public) ou une personne extérieure (agissant dans ce cas dans le cadre d’une prestation de services facturée).1

Le DPD a été institué par le Règlement général sur la protection des données (RGPD)2 : il remplace depuis le 25 mai 2018 l’ancien Correspondant informatique et libertés (CIL).

Alors qu’auparavant la désignation d’un CIL était facultative (dans le secteur public ou dans le secteur privé), il est obligatoire depuis le 25 mai 2018 de nommer un Délégué à la protection des données (DPD) dans chacun des cas suivants :

  • dans tout organisme du secteur public ;
  • dans tout organisme, public ou privé, dont l’activité nécessite d’effectuer un suivi régulier, systématique et à grande échelle de données personnelles ;
  • dans tout organisme, public ou privé, dont l’activité nécessite de traiter, à grande échelle, des données sensibles (aussi appelées « catégories particulières de données ») et des données relatives à des condamnations pénales.

Le DPD est a priori désigné pour exercer ses missions dans un seul établissement public ; toutefois, un DPD peut être mutualisé entre plusieurs établissements publics, si la taille et la structure organisationnelle de ces établissements s’y prêtent.3

Le DPD est nommé par le responsable du traitement (sur la notion de responsable de traitement de données personnelles, voir le billet  « Le point sur les données à caractère personnel« ). La personne pressentie pour cette fonction doit avoir des « connaissances spécialisées du droit et des pratiques en matière de protection des données » et une « capacité à accomplir les missions » d’information, de conseil et de contrôle.4 Que ce soit une personne appartenant à l’effectif de la structure, ou un prestataire extérieur, le DPD ne doit pas exercer par ailleurs une mission qui entrerait en conflit d’intérêt avec sa mission de DPD.

Ce DPD est, en pratique, l’interlocuteur de toute personne ayant besoin d’être informée sur un traitement de données personnelles dans la structure :

  • le DPD conseille le(s) responsable(s) de traitement et les employés, sur les règles à respecter (vérifier la licéité du traitement et respecter les six principes généraux (loyauté, limitation des finalités, minimisation, exactitude, durée de conservation, intégrité et confidentialité : voir le billet  « Le point sur les données à caractère personnel« ) ;
  • le DPD s’assure que les traitements sont effectués en conformité avec le RGPD ; en pratique, c’est souvent le DPD qui établira le registre des traitements effectués dans la structure et qui tiendra à jour ce registre ;
  • le DPD s’assure que le personnel est formé et sensibilisé à la protection des données personnelles ;
  • le DPD évalue quels sont les traitements à risque nécessitant de mener une analyse d’impact relative à la protection des données (AIPD). Si une telle analyse d’impact est nécessaire, c’est le DPD qui la mènera, ou la validera ou participera à sa rédaction ou, au moins, qui donnera son avis sur cette AIPD ;
  • le DPD contrôlera comment sont réparties les responsabilités entre le responsable de traitement et d’éventuels sous-traitants ;
  • le DPD coopère avec la CNIL : il répondra aux demandes de la CNIL, et peut obtenir des conseils de la CNIL ;
  • enfin, le DPD voit ses coordonnées publiées : c’est lui que contactera toute personne concernée souhaitant exercer son droit d’accès, de rectification ou d’opposition.

Le DPD ne peut pas être poursuivi dans le cas où les règles de protection des données personnelles n’auraient pas été respectées par l’établissement : c’est le responsable du traitement qui assume seul cette responsabilité en cas de violation des données personnelles. Par ailleurs, le responsable de traitement ne peut pas pénaliser le DPD ni lui donner des instructions concernant l’exercice de ses missions ; le DPD rend compte « au niveau le plus élevé de la direction du responsable du traitement »5

La CNIL

La Commission nationale Informatique et libertés (CNIL) est l’autorité administrative chargée de vérifier que le RGPD et la loi française du 6 janvier 1978 Informatique et libertés, sont respectées.

Le Délégué à la protection des données n’a pas à informer la CNIL des traitements de données effectués dans la structure. Il peut toutefois être amené à contacter la CNIL :

  • dans tous les cas, s’il a besoin d’un conseil de la CNIL ;
  • si la CNIL le contacte pour avoir une information sur un traitement de données ;
  • si l’analyse d’impact sur la protection des données, qui a été menée en interne, indique qu’il reste un risque élevé d’atteinte aux droits et libertés des personnes6 ;
  • ou si une violation de données personnelles a été constatée (le responsable du traitement en avertit la CNIL dans les meilleurs délais et au plus tard dans les 72 heures)7.

Bibliographie :

Crédit : Source CNIL (graphisme de la page « professionnel » de la https://www.cnil.fr/), licence CC BY NC ND 3.0 FR.


  1. RGPD, article 37. []
  2. Sur les missions et la désignation du DPD, voir les articles 37, 38 et 39 du Règlement général sur la protection des données. []
  3. RGPD, article 37. []
  4. RGPD, article 39. []
  5. RGPD, article 38. []
  6. RGPD, article 36. []
  7. RGPD, article 33. []

Présentation du groupe de travail « Questions éthiques et juridiques », 29 septembre 2017, Aix-en-Provence

Le projet de publication du groupe de travail « Questions juridiques et éthiques pour la diffusion des données en sciences humaines et sociales » sera présenté le 29 septembre 2017 au cours d’un atelier de travail ouvert à tou.te.s qui se déroulera de 14h à 17h30 en salle 101 de la MMSH, Aix en Provence, organisé sous le titre « Gestion des données de la recherche »1.

PROGRAMME

  • Qu’est-ce que les données de la recherche ? Atelier sur un cas fictif, par Michel Roland (Urfist de Nice). Qu’est-ce que les données de la recherche? Toutes sortes de qualificatifs (données brutes, données analysées, underlying data, embedded data, données binaires, données géographiques…) sont utilisées pour qualifier tel ou tel type de données. Nous allons essayer d’y voir plus clair à partir d’un cas fictif (mais basé sur des recherches réelles) élaboré par Yvette Lafosse et Françoise Cosserat de l’Inist.
  • Questions juridiques, présentation du groupe de travail Ethique et Droit, par Isabelle Gras (SCD AMU). Le groupe de travail Éthique et Droit s’est constitué en 2011 avec pour objectif de proposer des solutions concrètes aux questions éthiques et juridiques en matière de production, d’exploitation et d’édition des sources numériques. Il regroupe des chercheurs, des professionnels de la documentation ainsi que des juristes implantés dans tout le territoire. Véronique Ginouvès (USR 3125) et Isabelle Gras (SCD AMU) assurent conjointement l’animation du groupe de travail. La composition de ce réseau national et interdisciplinaire est visible sur le carnet Hypothèses dédié aux travaux du groupe : http://ethiquedroit.hypotheses.org/qui-sommes-nous. Suite à un appel à contribution lancé en 2016, le groupe de travail ainsi que les membres du comité scientifique travaillent actuellement à la finalisation d’un guide de bonnes pratiques éthiques et juridiques pour la diffusion des données en SHS.
  • Présentation du dispositif DoRANum (Données de la Recherche : Apprentissage NUMérique à la gestion et au partage), par Michel Roland (Urfist de Nice). Le projet DoRANum (Données de la Recherche, Apprentissage Numérique) a pour ambition de contribuer à l’adoption des bonnes pratiques de gestion et de partage des données de la recherche dans les communautés de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Financé dans le cadre de la Bibliothèque Scientifique Numérique, il a été lancé fin 2015 et arrivera à échéance fin décembre 2017. Son originalité est de vouloir s’adresser aux différents publics concernés en diversifiant les types de ressources d’apprentissage et d’auto-apprentissage en ligne. Cette présentation vise à présenter ces différentes ressources, leur organisation et quelques modes d’emploi possibles.
  • Retour d’expérience, présentation d’un projet de gestion de données : l’usage de Nakala pour le projet ArkeoGis, par Loup Bernard (ARCHIMEDE).
    Après plusieurs années d’existence, ArkeoGIS met en commun plus de 70 bases de données en provenance d’études archéologiques et environnementales. Cette présentation s’attachera à mettre en avant les difficultés d’alignement des données et leur imprécision et reviendra sur l’intérêt de la mise en ligne de données brutes (format .csv) à l’aide d’exemples concrets.

Crédits photographiques : étudiants dans une classe à Leakey, Texas, près de San Antonio, mai 1973, archives nationales des Etas-Unis, pas de restrictions de droit connues.

  1. L’atelier est organisé par le LabexMed en collaboration avec l’Urfist de Nice []