Qui sommes-nous ?

Le projet de rédaction d’un guide de bonnes pratiques éthiques et juridiques pour la diffusion des données en SHS a été lancé en 2011 à l’initiative de Véronique Ginouvès et de Pascal Garret, alors à la MSH Val de Loire, qui n’a pas pu poursuivre son implication au sein du groupe de travail.

Depuis 2015, le pilotage du projet ainsi que la coordination du groupe de travail sont  assurés conjointement par Véronique Ginouvès (USR 3125) et Isabelle Gras (SCD AMU).

Le projet de guide de bonnes pratiques a reçu le label DARIAH (Digital Research Infrastructure for the Arts and Humanities) en 2015. En septembre 2016, un appel à contribution a été lancé pour compléter et finaliser la rédaction du guide.

Ce projet bénéficie du soutien des deux Consortiums “Archives des ethnologues” et “Musica” de la TGIR Corpus.

Le comité scientifique

Un comité scientifique a été constitué afin de superviser ce programme et d’en garantir la rigueur scientifique. Il comprend :
Florence Descampsmaître de conférences HDR à l’Ecole pratique des hautes études
Laurent Doussetanthropologue, Directeur d’étude EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales)
Mélanie Dulong de Rosnaychargée de recherche au CNRS, Institut des Sciences de la Communication du CNRS-Paris Sorbonne-UPMC
Lionel Maurel –  juriste, conservateur des bibliothèques, responsable de l’information scientifique et technique à l’Université Paris Lumières
Philippe Mouron –  maître de conférences en droit privé à l’Université d’Aix-Marseille, spécialiste en droit de la propriété intellectuelle
Stéphane Pouyllauingénieur de recherche au CNRS, directeur adjoint de la TGIR Huma-Num

Un réseau national et interdisciplinaire

Deux pôles documentaires soutiennent ce groupe de travail, la phonothèque et le Pôle image-son, pratiques du numérique de la MMSH d’Aix-en-Provence ainsi que le Service Commun de Documentation d’Aix-Marseille Université.

Une équipe s’implique activement dans ce projet :
* Caroline Abela responsable du centre de documentation REGARDS de l’ADESS à Bordeaux
* Céline Alazardresponsable du service documentation de la MSH de Dijon
* Anne-Laure Brisac-Chraïbi – responsable de l’édition numérique à l’INHA (Institution national d’histoire de l’art) de Paris
* Guillaume Cabanacmaître de conférences à l’université de Toulouse
* Florence Descampsmaître de conférence à l’EPHE (Ecole Pratique des Hautes Etudes) de Paris
* Myriam Fellous-Sigrist chargée des données de la recherche, University College London (Royaume-Uni)
* Véronique Ginouvèsresponsable de la phonothèque de la MMSH (Maison méditerranéenne des sciences de l’homme) d’Aix-en-Provence
* Isabelle Gras – conservateur des bibliothèques, SCD AMU – Aix-Marseille Université
* Marie-Dominique Moutonresponsable de la bibliothèque de la MAE (Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès) à Nanterre       
* Annick Richard – bibliothécaire à la médiathèque de la MMSH (Maison méditerranéenne des sciences de l’homme) d’Aix-en-Provence
*Thierry Rossoingénieur d’études au Laboratoire d’Anthropologie et de Psychologie Cognitives et Sociales de là MSHS (Maison des Sciences de l’Homme et de la Société) Sud-Est de Nice
* Anne-Laure Stérinjuriste

Ceux qui continuent à nous suivre mais ont quitté le groupe pour des raisons professionnelles :
Pascal Garret, co-fondateur du groupe de travail, créateur et responsable de Crévilles, MSH (Maison des sciences de l’homme) Val de Loire de Tours en 2001 et jusqu’en 2004.
Cynthia Pedroja qui était au pôle pratiques et outils numériques de la MESHS (Maison européenne des sciences de l’homme et de la société) de Lille jusqu’en 2004.

 

8 réflexions sur « Qui sommes-nous ? »

  1. Chères et chers collègues,

    Je me présente : je m’appelle Marie Latour, et je suis directrice-adjointe du Service commun de la documentation (SCD) de l’Université de Guyane.

    J’interviens dans mon établissement auprès des doctorants entre autres autour des questions de propriété intellectuelle et d’éthique de la recherche (en effet, nous ne disposons pas de personnel spécifique dans la composante de Droit pour intervenir sur ces sujets). Je ne suis pas juriste de formation, mais j’essaie de nourrir ma culture personnelle dans ce domaine – notamment en suivant votre blog que je trouve très bien documenté, et qui reste une de mes références en la matière.

    Il se trouve que nous avons répondu à un appel à projet du GIS URFIST (Groupement d’intérêt scientifique des Unités régionales de Formation à l’Information Scientifique et Technique) que nous avons obtenu afin de créer un jeu de plateau sur la question du droit des images. Je viens d’en finir le prototype, et j’aurais besoin de la relecture juridique d’un expert de ces questions afin de me donner une expertise – voir de m’aider à corriger au besoin- les contenus de ce jeu. Je me suis notamment appuyée sur certains de vos articles que j’ai pu trouver ici pour créer ce jeu. Ce travail représenterait pour vous, à mon sens, l’équivalent de 3 heures de travail maximum. En contrepartie, ceux d’entre vous qui accepteraient d’effectuer cette relecture seraient bien entendu crédités comme “Responsables scientifiques” du jeu.

    J’ai l’habitude de créer des jeux pédagogiques dans le cadre des formations que je dispense, puisqu’il s’agit là du septième jeu de plateau que je crée en français, et j’en ai également fait traduire quatre en anglais. Je dépose ensuite ces jeux sur la plateforme d’archives ouvertes Zenodo sous licence BY NC SA, afin que tous les collègues intéréssés soient libres de les réutiliser, voire de les modifier pour les adapter à leurs situations de cours spécifiques. Ces jeux semblent avoir trouvé un écho dans l’univers académique, puisqu’une trentaine d’établissements supérieurs au moins les ont déjà réutilisés dans le cadre de leurs actions de formation ou d’événementiels.

    Afin que vous puissiez mieux voir ce dont il s’agit, je me permets ici de vous renvoyer vers le lien du jeu “Licences to kill”, créé pour apprendre aux étudiants de Master et de Doctorat à reconnaître et à utiliser les différentes licences de la propriété intellectuelle : https://zenodo.org/record/1972975#.Xl1CvqhKi70. Ce dernier jeu dispose d’ailleurs également d’une version en anglais dont voici le lien : https://zenodo.org/record/3252146#.Xl1CnahKi70 Je précise que par ailleurs, nous avons pour projet de faire une adaptation numérique de ce dernier jeu “Licences to kill” avec Sorbonne Université, et que si cela fonctionne, d’autres adaptations numériques pour d’autres jeux pourraient voir le jour…

    N’hésitez pas à me recontacter si une collaboration vous parait envisageable.

    Bien cordialement,
    Marie Latour

    1. Chère Marie Latour, Bonjour
      avec Isabelle Gras nous serions très intéressées pour participer à ce projet qui nous semble vraiment nécessaire pour la compréhension de ces questions auprès des étudiants mais aussi des enseignants chercheurs. La situation est complexe en ce moment mais nous sommes en télétravail et nous pourrions trouver du temps pour échanger avec vous. Merci de nous contacter directement : veroniqueginouvesuniv-amufr et isabellegrasqt>univ-amufr. Bien à vous, VG

  2. Bonjour,

    Vos explications sur l’utilisation des documents d’archives sont claires, mais néanmoins je ne trouve pas de réponse à une question que je me pose :

    Constatant que certains documents d’archives (*du domaine public*) peuvent exister en plusieurs exemplaires. Par exemple : un livre, un journal, une gravure etc. Et qu’un un même document peut être détenu à la fois par un service d’archives ET un particulier (par exemple).

    Ré-utiliser un document détenu par ces deux sources (pour citation, extrait, analyse, scan de l’exemplaire détenu personnellement etc.) nécessite-t-il de se conformer au paiement de la redevance exigée le service d’archives qui détient le même exemplaire ? Quid de l’obligation de citation de la source et d’autres contraintes exigées par le service d’archives (demande d’autorisation etc) ?

    La notion de “reproduction” des services d’archives doit-t-elle se traduire comme “LA reproduction effectuée par le service d’archives” ?

  3. Bonjour,
    une question plutôt qu’un commentaire : l’analyse d’un document d’archive [i.e. son résumé rédigé de manière un peu codifiée, suivi de sa référence] est-il soumis à droit d’auteur ?
    Je pense par exemple aux volumes publiés par les Archives nationales dans les années 1960 et 1970, consacrés à l’analyse systématique des documents trouvés dans le Minutier central sur la musique, les arts graphique, la littérature, etc.
    Merci pour vos lumières.
    Cordialement,
    L. Guillo

    1. Bonjour, comme tout autre texte, celui qui rend compte d’une archive, qui l’analyse ou la chronique est soumis aux règles du droit d’auteur, même si son auteur n’est pas individualisé. Il suffit de les citer correctement pour les réutiliser en indiquant, en auteur collectif les Archives nationales.
      Il ne semble pas que ces minutiers soient accessibles en ligne.
      Si c’était le cas, les AN donneraient sans doute une information sur leur réutilisation.
      Sur leur site, les seuls crédits qui sont informés sont ceux qui régissent l’information de description, qui sont indiquées gratuites
      http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/fr/web/guest/reutilisation-des-donnees-publiques
      et dans le pdf en lien avec cette page http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/documents/10157/11409/DC_2017-11-web.pdf/274897e6-8ac6-4ee5-a0bb-6b3513df776f
      Il est indiqué “Les droits de réutilisation des informations publiques contenues dans les documents produits ou reçus par les Archives nationales sont soumis au principe de gratuité”. Cela n’enlève pas l’obligation de citation de ses sources.
      Bien cordialement,
      VG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.