Statuette, tête de poupée en os

Pour une archéologie éthique : identifier les objets en danger

Un billet sur ce carnet sur la collecte des objets, des cailloux et des plantes revient en conclusion sur les réflexions actuelles des archéologues à propos des questions éthiques en archéologie, en particulier celles que posent l’appropriation illicite des objets archéologiques ou plus largement des biens culturels. Dans cette dynamique, le travail du conseil international des musées (ICOM) est fondamental. En effet, l’ICOM met à jour régulièrement, appuyé sur son réseau d’experts, une liste rouge1 des objets culturels les plus exposés au vol, au pillage ou à la contrebande. Cette liste a pour objectif d’informer et d’aider les organisations, les autorités -par exemple la police ou l’administration des douanes- mais aussi les individus qui peuvent y être confrontés, à identifier des objets en danger et d’empêcher que ces objets soient vendus ou exportés illégalement.

Entre 2000 et 2017, 25 listes rouges ont été publiées qui renvoient vers des biens culturels  inventoriés dans les collections d’institutions reconnues pour illustrer les catégories de biens culturels les plus vulnérables au trafic illicite. Les listes traversent principalement l’Afrique, l’Amérique latine et centrale, les Caraïbes, le Moyen-Orient et l’Asie. Ainsi, des listes rouges sur les antiquités ou biens culturels en péril ont été publiées régulièrement sur les objets archéologiques africains (2000) puis en 2017 les biens culturels ouest-africains en péril ; les biens culturels latino-américains (2003) puis en 2007 ceux des antiquités péruviennes et en 2009 de l’Amérique centrale et du Mexique ; au Moyen-Orient, les antiquités irakiennes et des biens culturels (en 2003 puis en 2015), les antiquités afghanes (2006), les biens culturels égyptiens (2011) syriens (2013) et libyens (2015) ; en Asie, les antiquités cambodgiennes (2009) et les bien culturels chinois (2010) ; dans la Caraïbes, les biens culturels haïtiens (2010) et dominicains (2013).

Une base de données multicritères permet également de repérer des objets décrits dans les listes rouges avec précision, par typologie d’objet et de support et par pays2 : https://icom.museum/fr/ressources/red-lists

A partir de 2013, à l’initiative de l’ICOM, un Observatoire international du trafic illicite des biens culturels a été créé3 : https://www.obs-traffic.museum

Sur ce site, la recherche peut s’effectuer soit par une recherche multicritères, soit à partir d’une carte du monde, incluant cette fois tous les continents et proposant, outre les listes, des recommandations et des bonnes pratiques.

Citons enfin en France la création dès 1975 de l’OCBC, l’office central de lutte contre le trafic de biens culturels, un service d’enquête de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ), doté d’une compétence nationale, composé de policiers et de gendarmes, qui rappelle sur son site que le trafic illégal de biens culturels demeure, au regard des profits générés, comme un des plus importants trafics mondiaux.

Pour prolonger la réflexion sur la question de l’éthique en archéologie dans les pays en guerre, nous vous invitons à suivre le blog Brèves Mésopotamiennes, archéologie des civilisations du Proche-Orient de l’archéologue Cécile Michel et en particulier son billet publié le 29 mai 2022 sous le titre “Antiquités pillées et restitutions” ou son article sur le thème “Réflexions éthiques relatives à l’étude du Proche-Orient antique” (pp. 138–145) paru dans le numéro spécial de la Revue canadienne de bioéthique- Canadian Journal of Bioethics sur le thème “L’Éthique en Archéologie – Ethics in Archaeology” (vol. 2, n°3, 2019). L’assyriologie, peut-être parce que cette discipline se pratique surtout sur des territoires en guerre, a beaucoup travaillé sur ces questions et propose une charte qui s’adresse à tou·te·s les archéologue du domaine sous le tite : Préconisations pour une pratique éthique de nos disciplines: Histoire, philologie, archéologie et histoire de l’art du Proche-Orient ancien, traduite en langues anglaise, allemande, française et arabe.

Merci à Barbara Couturaud, archéologue, de sa relecture attentive.

Crédits photographiques de l’image “à la une” : statuette en os, tête de poupée, 1er ou 2d siècle avant JC, sans information d’origine complémentaire, photographiée au musée Nabu, (El-Heri, Chekka, Nord Liban) en 2018 par V. Ginouvès, CC-BY. Ce musée a restitué à l’Irak en 2022, 300 tablettes cunéiformes (Voir l’article de l’Orient le Jour du 7 février 2022).

  1. Le terme de “liste rouge” vient au départ de la conservation de la nature en fournissant une liste d’espèces vulnérables et/ou menacées de disparition. []
  2. Attention, comme cela a été précisé, la base ne renvoie pas vers des objets volés mais des objets qui leur ressemblent pour pouvoir comparer et évaluer la possibilité du trafic. Ils servent à illustrer les catégories de biens culturels les plus vulnérables au trafic illicite. []
  3. Cet observation a reçu le soutien financier du programme spécifique « Prévenir et combattre la criminalité » de la Direction générale des affaires intérieures de la Commission européenne. Il s’est bâti dans la dynamique de l’Article 17 de la Convention de l’UNESCO de 1970 qui porte sur les mesures à prendre pour interdire et empêcher l’importation, l’exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.