Un plan de gestion de données rétrospectif pour mieux comprendre comment ouvrir les données de la recherche

Le programme L’alimentation pré-lactée, don et consommation néonatale du colostrum : pratiques, représentations, et enjeux de santé publique – dit “ANR Colostrum” car financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) – est un programme de recherche interdisciplinaire et international consacré à l’alimentation pré-lactée du nouveau-né. Dès le début, Joël Candau, professeur en anthropologie et coordinateur du projet, a souhaité intégrer la gestion des données qui seraient produites au cours des quatre années de recherche. Sans avoir donné lieu à un document spécifique, cette volonté préfigurait une forme de plan de gestion de données telle que celle qui est demandée depuis 2019 par les programmes financés par l’Agence1.

Quand Joël Candau a rédigé le projet de l’ANR, il a intégré dès le départ la gestion et l’ouverture des données qui allaient être produites au cours des 4 années de recherche, en insistant sur le volet anthropologique (entretiens et photographies). Dans cet objectif, la phonothèque de la MMSH a été sollicitée pour archiver les données produites sur le long terme et former les chercheurs en amont pour faciliter cette réalisation2. Au cours de l’année 2020 le Consortium “Archives des Ethnologues” a eu pour mission de rendre “FAIR” les données produites au cours de ces dernières années au sein de son réseau. Cet engagement a été une occasion favorable pour clôturer l’archivage des données du programme de recherche de l’ANR Colostrum. Le plan de gestion du programme est donc aujourd’hui publié, en cours de relecture finale. Il présente d’abord le programme “ANR Colostrum” et dresse un état des lieux complet des données produites anthropologiques lors des recherches, le travail de préparation en amont des recherches jusqu’au dépôt des données produites pour leur archivage qui sera ensuite, avec le soutien des équipes d’Huma-Num, déposé sur les serveurs du  Centre Informatique National de l’Enseignement Supérieur – CINES3 pour être conservées sur le long terme accompagnées des métadonnées au format EAD – Encoded Archival Description, exportées de la plateforme Calames.

Le plan de gestion de données rétrospectif de l’ANR COLOSTRUM (en cours de relecture finale, vos remarques sont les bienvenues).

Ce plan rétrospectif de gestion des données nous a donné l’occasion de mettre en avant les difficultés qui peuvent survenir dans le traitement des données de la recherche, notamment le décalage qui peut exister entre un PGD prévisionnel et la pratique des chercheurs.

L’introduction d’une démarche open science pour le programme ANR Colostrum, et son évaluation a posteriori, ont permis de soulever des points qui pourraient être améliorés pour la préparation des plans de gestion de données susceptibles d’être rédigés dans le cadre du consortium Archives des Ethnologues. La rédaction d’un plan de gestion de données est donc essentielle pour anticiper le traitement documentaire et l’archivage des données de la recherche, mais cela doit impérativement s’accompagner de formations tout au long des recherches pour que le dispositif prévu intègre complètement le travail des chercheurs.

Le  plan de gestion de données donne la démarche à suivre pour anticiper le traitement, l’archivage et la diffusion des données produites. Il s’agit d’un document essentiel dans le contexte de la science ouvert car il permet de donner un accès optimal aux données de la recherche, dans le respect des principes FAIR (Findability, Accessibility, Interoperability, Reuse).

Toutefois, force est de constater que la démarche prévue en amont pour la gestion des données n’est pas forcément appliquée dans la pratique. Lors des formations, les participants au programme sont sensibilisés aux enjeux de la conservation et l’accessibilité des données qu’ils produisent, mais les réflexes et les mauvaises habitudes persistent. Ces “mauvaises habitudes” sont repérées au moment du dépôt et lors du traitement des données dans le centre d’archives :

  • fichiers manquants dans certains cas : fiches descriptives des entretiens, contrats d’autorisation d’enregistrement, d’exploitation et de diffusion
  • utilisation de formats compressés par facilité d’usage
  • pas d’homogénéité dans le nommage des fichiers numériques
  • retard dans le dépôt des données

Le planning de l’organisation des formations comme celle des participants a aussi un impact. En effet,  les enquêtes sur le terrain ont souvent  été réalisées plusieurs mois après que les formations aient été suivies et  les « bonnes pratiques » n’étaient déjà plus dans la mémoire des enquêteurs·trices et pour certaines, elles ont été menées par des étudiante·e·s qui n’avaient pas assisté à ces formations. 

Concernant les droits des témoins enregistrés, il convient de noter que les exigences juridiques et éthiques demandées par le RGPD ne sont pas forcément en phase avec la réalité du terrain international. A défaut d’un contrat écrit, l’enquêteur devrait au moins veiller à enregistrer le consentement oral des informateurs.

Si un dispositif pour la gestion des données anthropologiques était prévu dès le départ, tel n’a pas été le cas pour les données contextualisant la recherche. Ce type de données semble “accessoire” lorsque l’on est dans le feu de l’action. Pourtant, elles font bien partie du projet et leur archivage, accompagnant les données de la recherche, répond aux objectifs de la science ouverte, en visant à la transparence dans le processus de réflexion et de méthode. Il est donc essentiel  de mettre en place dès le début un plan de nommage des fichiers des données produites en marge des recherches : données administratives, courriers et courriels, comptes-rendus, rapports, etc., tout en veillant à utiliser des formats de fichiers ouverts, validables pour la conservation sur le long terme. 

Le consortium des ethnologues devrait publier en 2021 d’autres plans de gestion de données rétroactifs…. à suivre !

Crédits photographiques : ANR COLOSTRUM (2013-2016) – Données de terrain du Sud Marocain, photographies : Une femme Marocaine servant du thé dans une pièce de sa maison pendant un entretien sur les usages du Colostrum (Merzouga, Maroc), photographié par  Marie-Luce Gélard, le 23 octobre 2014, licence CC BY-NC-ND 4.0 [En ligne] https://medihal.archives-ouvertes.fr/medihal-01311333 

  1. La rédaction d’un plan de gestion de données est devenue obligatoire pour les programmes financés par l’ANR depuis 2019, et fortement recommandée par le Ministère Français de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (Plan national pour la Science Ouverte) comme par l’Europe (H2020 et European Research Council). Les plans de gestion de données (PGD) s’inscrivent dans un contexte de développement de la science ouverte qui était un des objectifs du porteur du projet, Joël Candau. []
  2. Ainsi, si au lancement du programme, en 2012, la rédaction d’un PGD n’était pas encore obligatoire pour les projets financés par l’ANR, la gestion des données produites lors des recherches a été prise en compte dès le début par les acteurs de “l’ANR Colostrum”, en particulier en ce qui concerne les données anthropologiques []
  3. Le CINES est un établissement public à caractère administratif national (EPA), basé à Montpellier, et placé sous la tutelle du Ministère de lʼenseignement supérieur, de la recherche et de lʼinnovation (MESRI) qui propose des moyens exceptionnels à l’ensemble de la communauté scientifique dans ses missions statutaires stratégiques nationales en particulier pour l’archivage pérenne de données électroniques. La collaboration entre le CINES et la phonothèque de la MMSH se fait à travers l’équipe de la TGIR Huma-Num. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.