Retour sur le séminaire « La thèse, entre littérature grise et données de la recherche : enjeux éthiques et juridiques » du 03/12/2020

Dans le cadre du programme interlaboratoires de la MMSH d’Aix-en-Provence intitulé « Archives de la recherche » sous la coordination d’Emmanuelle Chapron et de Véronique Ginouvès,  le séminaire  » la thèse, entre littérature grise et données de la recherche : enjeux éthiques et juridiques » s’est tenu le jeudi 3 décembre. Ne pouvant finalement être organisé en présentiel compte tenu des circonstances sanitaires, ce séminaire a pu se dérouler à distance et réunir plus de 120 participant.e.s. intéressé.e.s  par la problématique des thèses. Oscillant entre données de la recherche et littérature grise, les thèses sont un objet d’étude complexe qui soulèvent des questions à la fois éthiques et juridiques. Cette matinée d’échanges, présidée par Isabelle Gras (SCD Aix Marseille Université – Département de l’Ingénierie documentaire – Cellule Science Ouverte), a été rythmée par trois interventions qui ont permis de mieux comprendre le processus de diffusion des thèses mais aussi d’identifier des bonnes pratiques afin de valoriser les thèses dans toutes leurs dimensions, à la fois en tant que données de la recherche, littérature grise et archive publique.

Le séminaire a débuté par la riche présentation de Maïté Roux (ABES – Département des métadonnées et Services aux Réseaux- Responsable du service des thèses) qui a précisé le cadre réglementaire en vigueur qui régit le dépôt, l’archivage, le signalement et la diffusion des thèses de doctorat.  Depuis 2016, un arrêté fixe le cadre national de la formation ainsi que les modalités de délivrance du diplôme de doctorat. Le format électronique a permis de rendre le signalement mais aussi la diffusion des thèses plus simples et plus accessibles. Actuellement, plus de 100 000 thèses sont disponibles en accès ouvert sur la base de données thèses.fr., vitrine des thèses de doctorat françaises, pilotée par l’Abes. STAR constitue le dispositif national de signalement et d’archivage pérenne des thèses déposées sous forme électronique, également conçu et géré par l’Abes. Outre la question de la libre diffusion du texte intégral des thèses, Maïté Roux est intervenue sur la problématique des données personnelles collectées par les doctorant.e.s, en rappelant l’importance de consulter les DPO présents dans les établissements.

Diaporama de l’intervention de Maïté Roux

Sous l’impulsion de la science ouverte, qu’en est-il de la diffusion des thèses électroniques  ? Dans un billet publié sur son blog, Lionel Maurel dresse un bilan encourageant tout en pointant les efforts à poursuivre afin d’établir un principe d’ouverture par défaut. Outre les initiatives nationales destinées à l’ensemble des doctorant.e.s, comme par exemple, le Passeport pour la science ouverte, il faut également mentionner le succès d’initiatives en faveur de la promotion des thèses en accès ouvert qui ciblent une discipline spécifique comme on peut l’observer pour les thèses en droit avec le Prix OpenThèse, porté par Open Law

De plus, il est important de souligner le rôle déterminant des actions d’accompagnement déployées par les établissements en direction des doctorant.e.s. L’intervention à deux voix de Mélanie Tennevin (Direction de la formation doctorale d’AMU – chargée des méthodes outils qualité et communication ) et de Laurent Lhuillier (SCD AMU – Département de l’Ingénierie documentaire – coordinateur thèse et correspondant STEP/STAR pour AMU) a précisé le dispositif instauré à Aix-Marseille Université et a ainsi mis en lumière l’impact structurant des actions mises en œuvre en collaboration par différents services universitaires. Le guichet électronique des thèses à AMU a été présenté ainsi que l’offre de formations du  Collège doctoral d’AMU, adaptées aux besoins identifiés en lien avec les différentes étapes de la thèse.  Les doctorants sont engagés dans une démarche double : une démarche de formation qui s’accompagne d’une première démarche d’exercice du métier de chercheur qui implique de respecter les principes d’éthique de la recherche et d’intégrité scientifique, en sollicitant notamment les référents présents dans chaque établissement. Si les thèses doivent en effet répondre aux impératifs d’éthique et d’intégrité scientifiques, il est important de préciser qu’il s’agit également de documents administratifs dont la confidentialité est limitée dans le temps.

Diaporama de l’intervention de Laurent Lhuillier

Le séminaire s’est conclu en abordant la question des données de la recherche :  les thèses, en tant que productions scientifiques, sont en effet constituées de données de recherche de toute nature  qui sont produites et rassemblées tout au long du travail de thèse.  Qu’en est-il de la diffusion et de l’ archivage de ces données ? Pour apporter des réponses concrètes à ces questions, la présentation de Caroline Sophie Donati (SCD AMU – Département de l’Ingénierie documentaire – Cellule Science Ouverte) a été éclairante. Inscrit dans l’axe 2 du Plan National pour la Science Ouverte, le principe « aussi ouvert que possible, aussi fermé que nécessaire » est au cœur de la démarche d’ouverture des données. Si l’enjeu est d’aller vers des données FAIR, acronyme signifiant Facile à trouver, Accessible, Interopérable et Reutilisable, il est utile de rappeler la différence entre FAIR data et Open data, comme le met en lumière ce billet de Marlène Delhaye. Pour aider les doctorant.e.s à acquérir des bonnes pratiques de recherche et à concevoir, par exemple, un plan de gestion de données, suivre des formations s’avère nécessaire : les Collèges doctoraux (ou structure équivalente selon les établissements), le réseau des Urfist, Doranum ou encore les PUD ont été identifiés comme des alliés précieux pendant la thèse. A titre d’exemple, une offre de formations dédiées à la gestion des données de la recherche est proposée à AMU. Sur les enjeux éthiques et juridiques des données de la recherche, les contributions en accès ouvert de l’ouvrage collectif La Diffusion numérique des données en SHS, peuvent s’avérer utiles pour les doctorant.e.s en SHS  souhaitant acquérir des bonnes pratiques.  Parmi les questions les plus fréquemment posées, celles relatives aux  images pouvant être publiées dans la thèse figurent en bonne place et sont détaillées dans ce billet de Françoise Acquier. Enfin, le guide « Je publie, quels sont mes droits ? », disponible sur le site Ouvrir la science, a également été identifié comme une ressource précieuse pour les doctorant.e.s.

Diaporama de l’intervention de Caroline Sophie Donati

[crédits photographiques : I.Gras, MMSH le 03/12/2020]

Nous tenions à remercier vivement l’ensemble des intervenants qui ont apporté leur expertise et leurs retours d’expérience éclairants ainsi que les participant.e.s  connecté.e.s. qui ont joué le jeu des échanges à distance et permis de rendre ce séminaire participatif  ! 

Parmi les guides pratiques à consulter pendant le doctorat (et au-delà !) :

  • deux guides pratiques sur word (pour windows) ou LateX, en ligne sur le site des BU d’AMU, qui peuvent être d’un grand secours pour les doctorant.e.s qui rencontreraient quelques difficultés avec ces outils.
  • Un guide dédié au plagiat est également disponible.

Pour poursuivre les réflexions sur les enjeux des thèses, voici quelques ressources à consulter :

Vous êtes intéressé.e.s par les prochains séminaires qui seront organisés dans le cadre du programme interlaboratoires « Archives de la recherche » ? N’hésitez pas à consulter le carnet de la phonothèque.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.