Qui est l’auteur de la transcription d’une enquête de terrain enregistrée ?

 Wellington1931

Les travaux scientifiques qui s’appuient sur des entretiens commencent à présenter depuis quelques années des transcriptions d’enregistrements, en tout ou partie ; le cas est plus rare dans l’édition, qu’elle soit scientifique ou commerciale. Certes, aucune version écrite ne peut remplacer les caractéristiques de la voix, les intonations, les inflexions, les silences, les rires, la prononciation ou les accents, la diction… Mais la transcription permet de rendre compte de l’entretien, rapidement et sans intermédiaire, notamment dans le cadre d’une restitution scientifique (mastère de recherche, thèse, article etc.). Et de fait, c’est un instrument de travail commode et efficace, tant pour le chercheur, l’évaluateur que pour le consulteur d’archives orales dans un centre patrimonial. Il est à noter que depuis quelques années, l’usage de DVD ou de CD audio récapitulant les annexes sous forme de fichiers textes, son et image numériques a commencé à se répandre, mais la rapidité d’évolution des supports et des formats laisse supposer que bien des changements interviendront dans la restitution des entretiens.

Le travail de transcription n’est pas simple et son statut juridique non plus, d’autant plus que les règles de transcription diffèrent d’une discipline à l’autre, notamment chez les linguistes où elles sont très rigoureuses et codées. La forme de la transcription peut aussi varier en fonction du degré de réécriture et du projet éditorial. De sorte que, si la plupart du temps c’est bien une même personne qui effectue l’ensemble des tâches de transcription (le chercheur-enquêteur), il arrive dans certains cas que plusieurs personnes interviennent sur une même transcription : la personne tierce qui transcrit littéralement l’enregistrement ; la personne qui relit et amende cette première version (concordance des temps, rectification des mots manquants etc.) ; le témoin/informateur qui valide le texte final de son témoignage ; le chercheur qui met en forme la citation ou le texte pour une publication etc.1. Ainsi, il peut y avoir plusieurs versions d’un même enregistrement, suivant les finalités retenues (version littérale instrumentale, version pour une simple consultation en salle, version en vue d’une édition scientifique ou d’une publication allégée etc.).

Qui sont les auteurs de ces transcriptions ? Quel est le statut juridique de ces transcriptions ? La question doit être posée clairement et les droits nécessaires obtenus, en amont de la publication scientifique ou du programme de recherche lorsque cela est possible. Cette démarche épargne bien des déboires.

Que la transcription soit ou non une œuvre originale, le travail de transcription doit dans la plupart des cas être considéré comme une adaptation de l’œuvre originale qu’est l’entretien (on passe d’une forme sonore à un texte écrit), ce qui dans tous les cas nécessite l’accord de l’auteur/des auteurs de l’entretien (informateur-enquêteur). Le chercheur peut proposer que la transcription écrite donne lieu à une validation définitive par le témoin. Dans ce cas, il est conseillé de prévoir, dans le contrat autorisant l’enregistrement sonore et son exploitation sous forme sonore (mise en ligne, par ex.), un article spécifique autorisant aussi sa transcription écrite et la validation de cette transcription par l’informateur, avant l’exploitation de cette transcription.

Dans le cadre d’une publication d’entretiens, l’auteur d’un ouvrage qui utilise les transcriptions d’enregistrements qu’il a effectués sur le terrain ou qu’il a consultés dans un centre d’archives, suppose bien souvent que les transcriptions qu’il publie sont siennes, sans toujours réaliser qu’il propose en réalité une adaptation de l’œuvre originale. Il devrait dans ce cas, demander aux auteurs de l’entretien enregistré (chercheur-enquêteur et témoin-informateur) l’autorisation de transcrire l’entretien, faire valider cette transcription et n’utiliser cette transcription qu’une fois validée.

Une fois obtenue l’autorisation des auteurs de l’enregistrement de le transcrire, se pose la question du statut de cette transcription, et des personnes qui ont des droits sur cette transcription.

La transcription n’est pas nécessairement une création originale, et dans ce cas elle ne fait pas naître de droits pour le transcripteur-rewriter. En effet, la transcription peut n’être qu’un simple instrument de travail décalqué de l’enregistrement, sans valeur ajoutée de la part du retranscripteur.

Si la transcription constitue un travail original, la nouvelle œuvre produite (l’entretien transcrit par écrit) est alors définie comme une œuvre composite. C’est-à-dire que la transcription-œuvre composite incorpore à la fois l’œuvre première (fixée par l’enregistrement sonore) et sa version transcrite. Une traduction relève du même régime juridique. On peut d’ailleurs considérer la transcription comme une traduction, puisqu’on passe d’une langue verbale à une langue écrite, ce qui suppose des ajustements dans l’ordre de la langue, de la syntaxe, de la ponctuation etc… En ce sens, l’enquête de terrain (enregistrée puis transcrite) peut être rapprochée de la pièce de théâtre, qui est publiée sur papier puis mise en scène, et dont l’adaptation scénique va nécessiter une autorisation de l’auteur du texte publié. Et pour illustrer combien ce travail sur l’oral et l’écrit peut être complexe, on notera qu’il existe désormais des adaptations écrites de récits de vie enregistrés, montés en spectacle théâtral, au cours duquel des extraits d’entretiens réécrits sont dits par des comédiens ! Pour déterminer qui sont les auteurs d’une transcription, il faut donc évaluer la part de réécriture et donc de création ou d’originalité provenant du/des retranscripteur(s).

On constate que suivant les traditions disciplinaires2, suivant la déontologie du chercheur, suivant la place qui est octroyée par principe à l’informateur/témoin, et suivant la part de réécriture que chacun a eue dans la réalisation de la transcription, la qualité d’auteur peut être attribuée ou non au chercheur, au rewriter ou aux témoins, ou aux deux…

De fait, certains chercheurs choisissent de placer les témoins au même niveau d’auteur qu’eux-mêmes et de publier les textes conjointement. Les noms de l’informateur et de l’enquêteur apparaissent alors sur la page de couverture de l’ouvrage, côte à côte. C’est le cas par exemple dans Jours de Provence (Plon, 1995) où l’informateur Laurent Merlo apparaît comme co-auteur de l’enquêteur de Jean-Noël Pelen. Les enquêtes orales qui constituent le corpus (26 heures) ont, elles, été déposées à la phonothèque de la MMSH, et Laurent Merlo a signé un contrat de diffusion et d’utilisation qui a permis la mise en ligne de l’ensemble des entretiens3.

D’autres dispositifs scientifiques et éditoriaux existent : le témoin et le transcripteur/éditeur apparaissent sur la couverture, la mention du nom de l’intervieweur étant renvoyée en introduction ou en note de bas de page4 ; le témoin et l’intervieweur figurent « à égalité » en page de couverture, et c’est le transcripteur qui est renvoyé dans les notes de bas de page ; le témoin figure en auteur principal, tandis que l’intervieweur-chercheur s’inscrit en sous-titre ; ou bien encore, seul, le chercheur figure sur la couverture, tandis que les noms des enquêteurs et des témoins sont listés dans l’introduction, dans les annexes ou dans la table des matières5 ! Derrière chaque dispositif éditorial, se cache en définitive un dispositif scientifique, une division du travail et une reconnaissance ou nom de la l’auctorialité … et de l’autorité des enquêteurs, des transcripteurs et des concepteurs ! On comprend qu’il vaille mieux fixer tout cela en amont !

 

Pratiques de la transcription en sciences humaines et sociales,
très brève bibliographie  :

Baude Olivier (collectif), Corpus oraux. Guide des bonnes pratiques, Paris, CNRS, 2006. 203p. [En ligne] http://hal.ird.fr/docs/00/35/77/06/PDF/Corpus_Oraux_guide_des_bonnes_pratiques_2006.pdf, consulté le 5 mai 2013.

Bourdieu Pierre, La misère du monde, Paris, Seuil, 1993, 947p.

Carré de Malberg Nathalie, Entretien avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances, Rivoli-Alger-Rivoli, 1937-1958, Paris CHEFF, 1997, 450p.

Descamps Florence, « De l’extraction des informations à la transcription intégrale », in L’historien, l’archiviste et le magnétophone : De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Institut de la gestion publique et du développement économique, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, coll. « Histoire économique et financière – XIXe-XXe », 2005, pp. 433‑449. [En ligne] https://books.openedition.org/igpde/592, consulté le 5 mai 2013.

Dister Anne et Simon Anne-Catherine, « La transcription synchronisée des corpus oraux. Un aller-retour entre théorie, méthodologie et traitement informatisé », Arena Romanistica, 2008, vol. 1, no 1, pp. 54‑79. [En ligne] http://icar.univ-lyon2.fr/ecole_thematique/idocora/documents/arena_romanistica_Dister-Simon.pdf, consulté le 5 mai 2013.

Dufour Annie-Hélène, « L’ethnologue et l’enregistrement de terrain », Bulletin de liaison des adhérents de l’AFAS, 1 juillet 2002.  [En ligne] http://afas.revues.org/2407, consulté le 5 mai 2013.

Jacobson Michel, « Les outils modernes pour la transcription de corpus de parole », Parole, 2002, no 22,23,24, pp. 213‑229.  [En ligne]  http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00009579, consulté le 5 mai 2013.

Michailovsky Boyd et Michaud Alexis, « Syllabic inventory of a Western Naxi dialect, and correspondence with Joseph F. Rock’s transcriptions », Cahiers de linguistique – Asie Orientale, 2006, vol. 35(1), pp. 3‑21. [En ligne] http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00134940, consulté le 5 mai 2013.

 

 Billet relu et annoté par Anne-Laure Stérin

Crédits photographiques : Election night crowd, Wellington, 1931 Photographer: William Hall. Reference number: 1/2-066547-F Original negative Photographic Archive, Alexander Turnbull Library, National Library New-Zealand. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Sans parler des droits de l’institution qui finance la transcription. Voir infra. []
  2. En histoire politique, c’est le plus souvent le témoin qui l’emporte : son nom est en gros sur la couverture, celui de l’enquêteur-chercheur, en plus petit ou en dessous ou en page de garde  []
  3. Les enregistrements sonores sont en ligne, la transcription correspond au livre édité : le lecteur peut choisir ainsi de revenir à la source, les entretiens, ou se laisser porter par le récit que sont les transcriptions organisées et reprises par le chercheur/collecteur, relu par l’informateur []
  4. Nathalie Carré de Malberg, 1997. []
  5. Pierre Bourdieu, 1993. Voir dans cet ouvrage le chapitre méthodologique Comprendre en fin d’ouvrage et les pages concernant les entretiens, la transcription et la réécriture qui a été faite des entretiens. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *